Et que ne durent que les moments doux …

J’ai presque terminé le roman de Virginie Grimaldi joliment titré : Et que ne dure que les moment doux. Je l’ai lu en grande partie au parc à côté de chez moi où j’essaie de passer un moment chaque jour. Souvent je n’arrive pas à lire, absorbée par ce qui se passe autour de moi. Il y aurait aussi matière à écrire un roman sur ce parc et ses habitants, les humains comme les animaux. Ce n’est pas la vraie nature mais en clignant des yeux et en mettant des écouteurs on s’y croirait presque !

À chaque fois que je pose mes yeux sur la jolie couverture rose du format Livre de poche de ce bouquin, j’ai envie de chantonner Osez Joséphine de Bashung. Mais je vais vous épargner mes vocalises même s’il est plus qu’urgent que la pluie tombe.

J’aime Virginie Grimaldi pour sa simplicité. Je suis abonnée à ses réseaux et souvent je lis ses publications comme je le ferais avec celles d’une bonne copine. Je souris à ses posts légers. Je suis émue par ses confidences plus intimes. J’ai attendu avec impatience les lettres quotidiennes à sa grand-mère durant le premier confinement. Je pense que je l’aime pour son authenticité. Elle ne met pas de filtres, sur ses photos comme sur ses mots. Elle est vraie.

Ce roman c’est l’histoire de deux femmes mais surtout de deux mères. L’une est une jeune maman qui vient de mettre au monde un bébé prématuré arrivé trop petit. L’autre est une femme mûre qui contemple le vide laissé par sa fille et son fils devenu trop grands. Elles sont toutes les deux séparées de leurs enfants par la force de la vie et en crèvent. Heureusement, les histoires de Virginie Grimaldi s’arrangent toujours à la fin. Je ne suis pas inquiète pour Lili et Élise, elles devraient plutôt bien s’en sortir.

Moi je suis une mère de la terre du milieu. Je n’ai plus de petits et pas encore de grands. Je suis à mi-chemin. Mes ados sont encore sous nos ailes. Ils sont partis il y a 3 jours avec leur père en vacances. Pas pour très longtemps. Et comme à chaque fois que nous nous séparons, j’ai stressé et j’ai été infecte les heures précédent le départ. C’est plus fort que moi. Je leur ai demandé vingt choses à la fois alors que bordel il ne faut pas mélanger tous les rôles. J’ai hurlé que ce n’était pas possible de me laisser des chambres dans cet état alors que bordel les adolescents ont besoin de gérer seuls leur univers. J’ai râlé devant le tas de linge à laver à la dernière minute alors que bordel j’ai fait tourner 3 machines hier. Je les ai envoyé en les maudissant chercher des chaussettes chez H&M alors que bordel j’en achète dix paires tous les mois et que (re)bordel faut vraiment arrêter d’aller dans ce magasin ! 

Un quart d’heure avant leur départ, consciente de mon attitude déplorable, j’ai proposé un câlin collectif parce que quand même on ne va pas se voir pendant plusieurs jours. Si N°2, pa rancunière pour un sou, n’y a vu aucune objection et m’a serrée fort dans ses petits bras, N°1 a ricané en me balançant un missile bien mérité je dois l’avouer. Fallait quand même pas que j’espère un rapprochement après lui avoir crié dessus toute la journée. Ça s’est terminé avec un ouais c’est ça aller ciao bisous lancé depuis l’ascenseur, qui a anéanti mon ultime et pathétique tentative que j’ose à peine écrire : t’auras bien l’air con si je meurs avant que tu ne reviennes, tu t’en voudras toute ta vie de ne pas m’avoir fait un vrai câlin !

C’est le même cinéma à chaque fois que mes Vies partent chez leur père, que ce soit dans le cadre de la garde alternée ou pour les vacances. Pourtant, même lorsque ce n’est pas ma semaine, mes enfants viennent chez moi tous les midis. Ils échappent ainsi à la cantine et ça m’évite de faire venir une auxiliaire de vie pour le déjeuné. Un deal qui me permet de les voir presque tous les jours sans passer pour une mère étouffante. Cela ne m’empêche pas de les soûler un dimanche sur deux, à coups de bêtises comme j’ai l’impression d’être un compte bancaire et autres si ça continue vous allez rester tout le temps chez votre père ! Dans ces moments là je ne me reconnais pas. Je suis en furie, ils m’énervent, rien ne va et je remets tout en question. Bree Van De Kamp sort de ce corps ! À peine dix minutes après qu’ils soient partis, je leur envoie un texto pour m’excuser, texto auquel ils répondent systématiquement que ce n’est pas grave et qu’ils m’aiment quand même. Je suis certaine qu’ils l’écrivent en avance tellement je suis prévisible. Bien sûr je me persuade que je ferai mieux la prochaine fois et inlassablement je recommence mon cirque. Je n’ose même pas imaginer mon état le jour où ils partiront définitivement … 

Ce qui me console c’est que je m’en rends compte et que j’essaye de m’améliorer. Les dimanches où leur père les récupère en fin de journées sont plus zen et je me réjouis de retrouver ma chère et douce solitude. Quand ils étaient encore petits je me moquais gentiment des mères qui souffraient du « nid vide ». Je pensais être soulagée de ne plus les avoir à la maison, heureuse de retrouver ma liberté. J’ai compris ma bêtise le premier weekend où ils sont partis chez leur père après le divorce. Et les vacances qui on suivi. Et toutes nos séparations depuis.

J’espère que le fait d’avoir posé ici cette histoire de maman va me permettre de changer ce vilain comportement. J’ai appris dernièrement que les histoires n’existent pas tant qu’elles ne sont pas racontées, à l’écrit ou à l’oral. Et si elles n’existent pas elles ne peuvent pas être réparées. J’ai sorti ma caisse à outils. Y a plus qu’à !!!

2 réflexions sur « Et que ne durent que les moments doux … »

  1. Quelle jolie conclusion !
    Moi je pense que c’est bien de ne pas être parfaite, je crois que tes enfants comprennent que c’est ta façon de gérer la séparation.
    Et c’est quelque chose qui me donne des frissons dans le dos : le jour où mon koala quittera le nid. En attendant, j’essaye de le pousser un peu à prendre son autonomie, doucement.
    Bonne semaine et profites de ces moments à toi (c’est aussi quelque chose que j’apprends doucement)

    J’aime

    1. Merci pour tes encouragements !
      J’essaie (et j’y arrive de mieux en mieux) de profiter du temps sans eux pour m’occuper de moi.
      Mais une fois partis il va y en avoir beaucoup beaucoup du temps … Mais d’ici là j’aurai un boulot génial alors ça ira ;-)

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :