Pas de bras, pas de …

Je cherchais quel sujet aborder pour ce troisième jour du calendrier de l’Avent lorsque je me suis souvenue : le 3 décembre de chaque année, c’est la journée internationale des personnes handicapées. En voilà un sujet glamour à souhait ! Vous pouvez d’ores et déjà me remercier d’évoquer (encore) le sujet.

Depuis 1992, à l’initiative de l’Organisation des Nations Unies, cette journée vise à promouvoir les droits et le bien-être des personnes handicapées dans toutes les sphères de la société et du développement et à accroître la sensibilisation à leur situation particulière dans tous les aspects de la vie politique, sociale, économique et culturelle1. C’est chouette non ? Partout dans le monde des événements sont organisés pour rappeler que les personnes handicapées sont bien des gens comme les autres, au cas où quelqu’un en douterait encore, et qu’il faut absolument les inclure dans toutes les sphères et tous les aspects de tout ce qui existe pour les autres, les beaux, les grands, les forts : les valides !

C’est l’occasion aussi de se mettre sous un plaid devant le Téléthon, émission d’un autre temps, qui met en scène des petits enfants « cloués » dans leurs fauteuils dont la seule solution pour qu’ils aillent mieux est bien entendu de les guérir. Je vous invite à lire cet article qui explique bien mieux que moi pourquoi le Téléthon ne sert pas la cause du handicap.

Et oui braves gens, en ce 3 décembre 2022, je suis toujours une exclue de la société. C’est elle, cette société, qui le sous-entend, pas moi. Son but en ce qui me concerne, ainsi que les quelques millions de personnes en situation de handicap qui vivent dans notre beau pays, c’est l’inclusion. Tout est inclusif : l’école, l’entreprise, le sport, la culture … Même notre accès à la sexualité doit être inclusif, débattu, théorisé, donné en pâture à la politique et aux médias.

Pourtant la seule différence entre une personne valide et moi se trouve logée quelque part entre ma quatrième et ma cinquième cervicale. Durant quelques heures, ma moelle épinière a été écrasée, même pas sectionnée, juste comprimée et elle ne s’est pas remise du traumatisme. Les conséquences sont importantes je vous l’accorde. Mais rien dans cette histoire ne justifie que je sois exclue d’un monde que j’embrassais pleinement quelques secondes avant le choc. Rien, personne et pas même une société toute entière ne peut décider que je sois moins citoyenne et soyons lucide, moins humaine que d’autres, au seul prétexte que mon corps ne répond plus à mes ordres et ne correspond plus aux normes en vigueur.

Peut-être que ces mots sont vains, inutiles, surannés. Peut-être. Mais s’il me reste un droit, c’est bien celui de m’exprimer. Beaucoup de personnes en situation de handicap ne l’ont pas. Quant au chocolat, ne le cherchez pas, j’ai tout bouffé !

1 : https://www.un.org/fr/observances/day-of-persons-with-disabilities

2 réflexions sur « Pas de bras, pas de … »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :